samedi, 30 novembre 2013

Rendons hommage à la privatisation du se(r)vice public

Il était une fois un petit colis qui devait arriver par la poste. Et qui un jour arriva effectivement à ma porte.

Pas de chance, ce jour-là il m'avait pris la fâcheuse lubie de quitter la maison, pour aller au travail. Tout le monde commet de erreurs.

Le lendemain, mercredi, à la poste du quartier, on m'informe, navré, que mon colis chéri a échoué au Poinçonnet. Paraîtrait que c'est à cause des étiquettes qui sont vertes. No comment.

Retour ce samedi au dit guichet, l'espoir au cœur. À cause de la couleur des étiquettes. Encore raté, il n'est toujours pas arrivé. Du Poinçonnet. En trois jours. Et pourtant il n'a pas neigé !

La prochaine fois, je m'adresserai à un livreur plus fiable. Avec un manteau rouge. Et un traîneau. Car pour faire confiance à la poste, il faut encore y croire un peu, au Père Noël.

1467198_649846018399510_627994759_n.jpg

Commentaires

Abandon des sévices publiques...
Vous êtes bien placée pour critiquer...
Depuis quand, de temps immémoriaux, avez snobé ce blog?
Si vous étiez curton, ce serait un abandon de seviçes bibliques.

Écrit par : benoist1 | lundi, 09 décembre 2013

Il est vrai que ma page Facebook est plus active, car plus facile à approvisionner depuis un téléphone mobile : il faut vivre avec son temps

Écrit par : Ellie | lundi, 09 décembre 2013

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.